Interview de J.K. Rowling, Stephen King et John Irving, le 01 août 2006, à New York

Pour des raisons de longueur, seuls les passages liés à J.K. Rowling ont été traduits ; les commentaires et les questions posées à Stephen King et John Irving ont quant à eux été laissés de côté.


Présentateur : Mesdames et messieurs, veuillez accueillir s’il vous plaît, la gagnante des Oscar, Emmu, Tony et Grammy, une star de films basés sur de célèbres romans tels que La Couleur Pourpre, Sister Act et Sister Act 2, Whoopi Goldberg ! (la foule crie).

Whoopi Goldberg : Bienvenue à Une soirée avec Harry, Carrie et Garp (la foule crie encore). Ce soir, sur la célèbre scène de Radio City Music Hall, ce célèbre lieu de spectacle de notre nation, nous vous avons apporté trois des plus légendaires écrivains. Stephen King, J.K. Rowling (la foule crie) et John Irving. Ces trois écrivains fantastiques, trois conteurs inégalés, trois phénomènes distincts, avec chacun une industrie qui leur est propre.

Ces trois écrivains sont des forces de la nature égales ou supérieures à n’importe quel évènement surnaturel que vous pouvez trouver dans leurs livres (la foule rit). Ecoutez, j’ai lu chaque livre de ces trois écrivains, et je ne peux pas (hurlements de la foule) – car avec un livre, votre esprit vous transporte dans une aventure, et l’écrivain vous montre le chemin. Et je peux entendre beaucoup d’enfants dans le public. Et j’en suis si heureuse (la foule crie) – je suis si heureuse que vous soyez là. Je suis heureuse que les enfants veuillent entendre une lecture d’écrivains. C’est vraiment sympa. Et vos parents sont d’accord aussi (rires de la foule). Merci, mes chéris !

Harry, Carrie et Garp. Quelqu’un aurait peut-être dû les réunir il y a longtemps. Vous savez, si l’un de ces garçons de Poudlard, avait invité cette pauvre fille (rires de la foule) – vous savez, celle de la promo – (la foule rit encore) si quelqu’un avait simplement donné un rendez-vous à cette pauvre enfant, beaucoup de gens se seraient épargné du chagrin. C’est juste une idée comme ça, vous savez.

Cette nuit est historique. Jamais auparavant un tel rassemblement de stars de la littérature n’avait eu lieu sur une scène unique. En fait, vous savez qu’ils étaient en coulisse, à parler entre eux, sagement. J’essayais de les écouter mais je ne pouvais rien entendre (rires de la foule). Mais ce que j’ai vérifié par les gestes de main (des vagues de mains s’élèvent, désordonnées) et des choses comme ça, c’est qu’ils travaillent de concert (rires de la foule). Je ne suis pas une commère alors ne m’écoutez pas, mais je pense que le jeune Harry Potter a jeté un sort sur son professeur, qui est un gnome d’âge moyen, et qu’ils ont une relation très chaude et tout ça. Et pendant le retour vers Exeter, ils se perdent et trébuchent sur une bouche de l’enfer (la foule rit). Et c’est alors qu’ils sont poursuivis par un groupe entier de loups télépathiques. Et je ne veux pas dévoiler la fin, mais elle vous fera rire et pleurer, l’enchantement vous titillera et enfin supprimera carrément votre corps. Elle soufflera votre [inaudible].

Cette soirée intime avec ces écrivains ne serait pas possible sans vous. Leurs plus proches fans. Six mille d’entre vous êtes là ce soir. Nous avons trois fan clubs rassemblés sous ce toit. C’est très étonnant. Il y a plein de fans de J.K. Rowling (la foule crie). Et je pense que je sais pourquoi tous les fans de Harry Potter crient. C’est parce que tous les fans de Stephen King leur chuchotent que Harry va mordre (rires et huées de la foule). Et c’est étonnant de voir le nombre de fans de Stephen King présents ici, ce soir (la foule crie). Vous savez quoi, il y a des millions de personnes comme nous dans tout le monde. Mais nous sommes rarement réunis car beaucoup d’entre nous sommes des solitaires endurcis (rires de la foule). Et les fans de John Irving sont en pleine forme (la foule crie). Vous savez, John est réputé pour écrire sur des femmes fortes (les femmes crient)/ Et peut-être que c’est pourquoi les femmes l’aiment tant. Il n’a pas encore beaucoup de femmes noires mais je vais y travailler (rires de la foule). Mais la dernière fois que je l’ai vu, il y a 10 minutes dans les coulisses, il parlait vraiment de cela. (rires de la foule).

Mais la vérité, c’est que cette soirée est un hommage à vous tous. Alors joignez vos doigts et vos mains et applaudissez-les chaleureusement (la foule applaudit). Car dans cette pièce – dans cette pièce sont présents les meilleurs lecteurs du monde et si cette soirée ne prouve rien d’autre, au moins elle prouve que la lecture (la boucle d’oreille de Whoopi Goldberg tombent et toute la foule rit) – est-ce que c’est toute mon oreille qui vient de tomber, ou juste ma boucle d’oreille ? (la foule rit). C’est ce genre de soirée. Mais la vérité sur la nature de cette soirée – (la foule rit) sur ce que cette soirée signifie pour chacun, c’est que la lecture est toujours vivante et en bonne santé (la foule crie). Nous avons prouvé ce qui arrive quand de grands livres tombent entre les mains de grands lecteurs, nous voulons tous en parler.

La lecture est toujours vivante et en bonne santé à cause du prix du gaz qui atteint 400 dollars le gallon. Lire un livre fantastique est le seul moyen que la plupart des gens peuvent se permettre pour voyager maintenant. La lecture est vivante et en bonne santé car à cause de la vague de chaleur de ces semaines, plus de gens que – ha ha, quoi ? – plus de gens que jamais s’assoient sur les plages et brûlent à travers les bestsellers. Une seconde, je vais enlever mes boucles d’oreilles. Et merci au réchauffement climatique… (Whoopi fait une drôle de figure et fixe le teleprompter et la foule commence à rire). Quelquefois vous devez simplement sauter des trucs, vous voyez ce que je veux dire ?

En fin de compte, (la foule rit et crie). La lecture est vivante et en bonne santé car ce soir nous exploitons son impressionnante puissante au profit de deux causes brillantes. Des causes tellement chères aux auteurs de ce soir. La première est Haven Foundation. Dont le but est d’aider les écrivains et les artistes qui souffrent d’une maladie grave ou d’un accident et qui ne peuvent plus survenir à leurs besoins (la foule applaudit). Et l’autre est Médecins Sans Frontières. C’est une organisation humanitaire médicale qui délivre des soins d’urgence et de l’aide à des endroits où des gens en ont un besoin urgent. Vous pouvez être fiers du fait que les revenus réalisés par l’achat des billets seront investis dans ces causes. Car elles sont si importantes que les vendeurs de billets au noir de la 6th Avenue ont décidé de donner deux ou trois dollars (rires de la foule).

Donc avec de grands auteurs, de fantastiques lecteurs et des causes qui en valent la peine, nous ouvrons cette toute première « Soirée avec Harry, Carrie et Garp ».

[…]

Jon Stewart : […] J’ai l’honneur de présenter la vidéo de J.K. Rowling (Raowling) – la foule : ROWLING LIKE BOWLING ! – Prononcez-le comme vous voulez. Je lui parlais en coulisse et elle me disais, « Dis Rowling (Raowling) car la foule hurlera Rowling, » et ils auront tord (rires de la foule).

Ma femme Jay ( ?) – silence.

Pourquoi suis-je ici ? J’ai des enfants, j’en ai deux. Et la plus jeune est une petite fille, elle a cinq mois. Et elle est prête pour le dernier livre Harry Potter depuis plus de trois mois. Elle nous manque terriblement. Mais je veux ce satané livre (la foule rit, crie et applaudit). Mon fils a deux ans et il est né avec une cicatrice en forme d’éclair. En fait c’est faux mais vous seriez impressionné de savoir que si vous le faites chaque nuit avec votre ongle de pouce (il dessine une cicatrice en forme d’éclair avec son ongle de pouce et la foule hurle et rit), après quelques temps il semblera être né avec une cicatrice en forme d’éclair (la foule continue de rire de manière hystérique).

Ce qui est remarquable à propos de Jo, c’est sa capacité à transporter les gens dans son univers qui est de plusieurs manières universel et pourtant absolument unique. J’attends avec impatience chaque épisode. J’admire cela. Je devrais être assis ici, avec vous. Donc s’il vous plaît, regardez cette vidéo.

(la vidéo sur J.K. Rowling est mise en route, avec des extraits des films, de « Harry Potter and Me » de la BBC, « The Richard and Judy Show », « Saturday Night Live », « The Today Show » et « BBC Newsnight ».)

(JK Rowling entre au milieu de la musique, des applaudissements bruyants et des cris encore plus bruyants)

La foule : Joyeux anniversaire Jo !

J.K. Rowling : Ce qui est bien ce soir, c’est qu’il n’y a pas de pression (la foule rit). Vous savez, c’était sympa de la part de Steven et John de me prévenir (la foule rit). [Inaudible] Mais j’ai les meilleures chaussures (la foule hurle et applaudit).

Hum, je vais lire pour vous un passage du livre Harry Potter le plus récent (la foule crie). Et après ma lecture, je répondrai à quelques questions. Mon expérience me dit que mes lecteurs veulent – ils veulent vraiment me torturer pour avoir des informations. Mais Radio City Hall pensait que ce n’était pas permis. Donc je me contenterai de demander à deux ou trois personnes de poser leurs questions [inaudible] réponses.

Mais avant cela, je vais lire un court passage dans lequel Harry Potter remonte le temps pour voir un autre célèbre orphelin de Poudlard découvrir qu’il est également un sorcier. Donc Harry et le Dumbledore du présent suivent le jeune Dumbledore pendant qu’il va vers un orphelinat pour dire à un des orphelins qu’il a une place à Poudlard.

(J.K. Rowling lit son passage du chapitre 13 de Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé)

J.K. Rowling : Nous avons quelques questions maintenant.

Nina : Je voulais simplement savoir ce que verrait Hermione si elle contemplait le Miroir du Riséd ?

J.K. Rowling : Eh bien… (Jo fait une grimace et roule des yeux, la foule rit et applaudit) Pour le moment, comme vous le savez, Harry, Ron et Hermione viennent juste de terminer leur avant-dernière année à Poudlard et Ron et Hermione ont déclaré à Harry qu’ils le suivraient, où qu’il aille. Alors, pour l’instant, je pense qu’Hermione les verrait tous les trois sains et saufs, et Voldemort vaincu.

Mais je pense qu’elle se verrait également étroitement enlacée…avec…quelqu’un d’autre (la foule crie et applaudit). Je pense que vous aurez sans doute deviné de qui il s’agit. Merci, c’était une très bonne question. On ne me l’avait jamais posée avant. Une autre maintenant.

Inconnu (1) : Les Moldus peuvent-ils préparer une potion s’ils suivent les instructions exactes et qu’ils ont tous les ingrédients ?

J.K. Rowling : Eh bien, je devrais dire non, parce que c’est toujours…Il y a un composant magique dans la potion, en plus des ingrédients. A un moment donné, on doit utiliser une baguette. On m’a demandé ce qui se passerait si un Moldu volait une baguette magique, et la réponse est qu’il se produirait sans doute un accident…probablement assez violent. Parce qu’une baguette, dans mon univers, est un simple vecteur, un moyen d’accès vers ce qui existe à l’intérieur de la personne. Il y a une relation très étroite – comme vous le savez – entre la baguette qu’un sorcier utilise, et le sorcier lui-même. En fait, vous en saurez plus à ce propos dans le tome 7 (la foule applaudit).

En d’autres termes, les Moldus ont besoin de la capacité de faire fonctionner tout cela correctement, mais vous avez raison, et je pense que c’est un point intéressant. Les Potions semblent, de prime abord, la matière la plus proche des Moldus. Mais il arrive un moment où vous ne pouvez plus vous contenter de remuer. Merci, bonne question.

Inconnu (2) : Pour commencer je voudrais vous souhaiter, un peu en retard, un joyeux anniversaire !

J.K. Rowling : Oh, merci !

Inconnu (2) : Dans une interview récente vous avez dit que Rogue –

J.K. Rowling : (d’un ton machiavélique) Rogue !

Inconnu (2) : Ha ha (la foule applaudit et crie) – que Rogue avait une capacité de rédemption, et je me demandais s’il y avait une quelconque chance que Drago Malefoy puisse lui aussi se racheter ?

J.K. Rowling : Oh, les filles et Drago Malefoy ! (Elle secoue la tête, la foule applaudit). Vous devez passer à autre chose.

Inconnu (2) : Et n’importe quel autre personnage peut-il se racheter ?

J.K. Rowling : Eh bien, je pense que presque tout le monde peut se racheter… Cependant, dans certains cas, comme on le sait - si un psychologue pouvait enfermer Voldemort dans une pièce, le maîtriser et lui prendre sa baguette, je pense qu’il le classerait parmi les psychopathes (la foule rit). Donc il y a des gens pour qui, quelle que soit la façon dont vous appelez cela – schizophrénie ou maladie – pour qui la rédemption n’est pas possible. Ils sont rares.

Je dirais donc qu’une possibilité de rédemption existe pour chacun de mes personnages. Drago, je pense – du point de vue de Harry, même s’il avait eu tout le temps qu’il voulait, il n’aurait pas tué - je suppose que vous avez tous fini le livre 6 maintenant (la foule rit) - car je ne veux pas dévoiler cela à un enfant qui n’a plus que cinq pages à lire (ils doivent être plongés dans le coma encore quelques temps) – Harry croit que Drago n’aurait pas tué la personne en question. Qu’est-ce que cela signifie pour l’avenir de Drago ? Nous devons simplement attendre de voir.

Samantha : Dans le monde sorcier, il y a plusieurs fabricants de baguettes, Ollivander est celui que nous connaissons le mieux. Comment Ollivander en vient-il à choisir la plume de phénix, le crin de licorne et le nerf de cœur de dragon comme éléments qu’il place dans les baguettes qu’il crée ? Et comment fait-il pour décider que ces trois éléments sont les plus puissants, comparé aux autres éléments comme les cheveux de Vélane ?

J.K. Rowling : Bonne question. Eh bien, il est vrai qu’il existe plusieurs fabricants de baguettes dans mes notes, j’ai toutes sortes d’éléments magiques pour baguettes. Pour résumer, j’ai décidé qu’Ollivander allait utiliser mes trois favoris. Ollivander a donc décidé que ces trois substances étaient celles qui avaient le plus de pouvoirs. Les autres fabricants pourraient choisir des substances typiques de leur pays, car, dans mon univers, les pays ont chacun leur particularité magique. Les cheveux de Vélane correspondaient donc parfaitement à la baguette de Fleur. Mais hum, oui, bonne question. On ne me l’avait jamais posée. (la foule applaudit).

Todd : Vous avez mentionné dans la vidéo que vous aviez écrit le dernier chapitre, mais hum, comment savez-vous quand vous devez vous arrêter d’écrire la fin ?

J.K. Rowling : Comment je sais quand je dois m'arrêter ?

Todd : Comment savez-vous quand vous devez vous arrêter, oui ?

J.K. Rowling : Eh bien, je pense que certaines critiques du Phénix suggéraient que je ne savais plus quand m'arrêter, ha ha ! (la foule rit). Eh bien, j'ai décidé il y a 16 ans (environ) où j’allais. Et je dirais, j’ai déjà écrit une bonne partie du tome 7, maintenant. Et il y a encore beaucoup à expliquer. Je n'avais pas vraiment réalisé... Il y a encore beaucoup à découvrir, et je laisserai probablement des questions sans réponse de manière à ce que vous puissiez vous dire, « Oh, oui, dans le tome huit, elle expliquera pourquoi » (la foule crie pour acquiescer). " Vous avez mentionné le crapaud !" Ceci n’est pas important, de toute façon – simple précision pour ne pas recevoir 500 lettres ! « Vous avez mentionné le crapaud ! »

Oui, mais je sais où je vais, je sais vraiment où aller. L'écriture d'Harry Potter va me manquer ; ça me manquera vraiment. « [Le tome] 27 ? Une idée pour le 27 ? (la foule rit). Non, j’ai prévu toute l’histoire, et je pense que vous vous apercevrez que je manquerais d'intrigue si je continuais (la foule applaudit).

Stephen King : Nous voudrions répondre à quelques questions supplémentaires et je voudrais vous demander d’accueillir le modérateur qui va [incompréhensible] son nom est Soledad O’Brien.

Soledad O’Brien : Une soirée incroyable, incroyable. Je voudrais recueillir quelques questions supplémentaires du public. Et les réponses de nos auteurs. Pour commencer, merci à chaque personne qui a écrit une question aux auteurs. Nous en avons reçues plus de 1000 en tout. De ces 1000 questions nous n’avons pu en sélectionner que 12 et nous avons invité les 12 chanceux à s’asseoir ici, près de l’estrade, et près du microphone. Vous en avez déjà rencontré 4 d’ – 5 d’entre eux il y a un instant. Nous voulons écouter maintenant ce que les 8 autres ont à demander à Stephen King, John Irving et J.K. Rowling. Alors commençons.

[…]

Inconnu (4) : Vous êtes l'un des premiers auteurs à être devenu célèbre à l’époque d'internet, de quelle manière les communications en ligne et les interactions avec les fans ont influencé votre expérience d'écrivain, par rapport aux auteurs du passé ?

J.K. Rowling : Vous devez vraiment vous empêcher, quand vous vous battez pour des idées, d'aller sur Amazon et lire les mauvaises critiques. C'est une sorte de masochisme. Vous faites défiler toutes les personnes qui écrivent de gentilles choses sur vous, jusqu’à ce que vous aperceviez une étoile. Vous devez vraiment vous retenir de faire cela.

Pendant longtemps je n'ai jamais regardé. Les gens me demandaient souvent, « Regardez-vous quelquefois les sites de fans ou lisez-vous ce que les gens écrivent sur internet ? » Je disais la vérité, je répondais non.

Et un après-midi où je m’ennuyais, j'ai tapé sur Google "Harry Potter. « Oh ... mon... Dieu. Je n'avais PAS idée. Les guerres entre supporteurs de telle ou telle relation entre les personnages ? (la foule crie). Pour les personnes âgées de plus de 18 ans qui pourraient ne pas être au courant – car je ne l’étais pas - c’est comme une guerre entre cyber gangs. Ceux qui voulaient que Harry et Hermione finissent ensemble (acclamations du public)… ils sont toujours là ! Passez à autre chose ! Et ceux qui voulaient que ce soit Hermione et Ron (acclamations du public). Et il y a des couples très bizarres aussi, mais nous n’en parlerons pas.

Un membre de la foule : Harry/Voldemort !

J.K. Rowling : Oui, exactement. Alors j'imagine que Jane Austin avait eu un peu moins de réactions sur ce sujet (rires de la foule). Mais globalement, je pense que c'est une chose excitante, que les lecteurs soient capables de partager - des groupes de lecture sur internet. C’est quelque chose d’intéressant, d’excitant – si on l’utilise prudemment (la foule rit et applaudit). ...

[…]

Soledad O’Brien : La dernière question de la soirée vient d’un père et de sa fille. C’est un commentaire suivi d’une question. Gregory et Catherine Berstein de Sherman Oaks, en Californie (la foule applaudit).

Gregory Bernstein : Ma fille a une question pour J.K. Rowling. Et j’ai un commentaire. Je me rappelle en 1998, quand ma fille a appris pour la première fois à lire et a pris conscience du monde autour d’elle, alors que le phénomène culturel qui dominait en Amérique et qui captivait les enfants était les Spice Girls et les Tortues Ninja (la foule rit). Puis Harry Potter est arrivé, et toute une génération, dont ma fille, a appris à aimer la lecture, a appris à aimer les personnages que vous avez créés, a appris à aimer imaginer, et a appris à apprécier l’écriture. Et en plus vous lui avez donné un modèle formidable en la personne d’Hermione – intelligente, studieuse (la foule applaudit et crie), humaine, et compatissante. Alors pour tous les grands personnages et les modèles que vous avez créés, et pour tout l’amour de la lecture que vous avez encouragé, et pour toute l’imagination que vous avez inspirée, moi-même et tout un tas de parents, nous vous sommes vraiment reconnaissants, donc en tant que parent, je voulais simplement vous remercier (acclamations et applaudissements massifs).

Catherine Bernstein : Quand vous avez commencé à écrire et à faire face aux rejets, avez-vous pensé à abandonner ? Et si vous l'aviez fait, que pensez-vous que vous feriez aujourd'hui ? (la foule rit).

J.K. Rowling : Eh bien, il y a eu beaucoup de rejets, mais ils étaient rassemblés dans une période assez courte. Puis j’ai eu un agent lors de ma seconde tentative, ce qui est assez étonnant, mais ensuite j’ai dû attendre deux ans avant qu’un éditeur l’accepte. Peut-être un peu moins, mais j’ai dû attendre sûrement deux ans avant que l’accord ne soit vraiment officiel et que je commence à écrire. Et durant cette période, ai-je voulu abandonner ? Non, sincèrement, parce que je croyais vraiment en cette histoire, je l’aimais vraiment.

Iris Murdoch, qui est un écrivain britannique, aujourd'hui décédé, a dit autrefois : "L'écriture d'un roman ressemble au mariage. Vous ne devriez jamais vous engager jusqu’à ce que vous n’en croyiez pas votre chance". Et je n’en croyais pas ma chance d’avoir eu cette idée et j'étais déterminée à insister jusqu'à ce que le dernier éditeur m'ait rejetée. Ce qui , à un moment, semblait possible. (la foule rit).

Aurais-je arrêté d'écrire ? Définitivement non. Mais si je n'avais jamais été publiée durant les 16 ans, entre le moment où j’ai eu cette idée de Harry et maintenant ? Je pense que je l’aurais probablement accepté, après 16 ans… existe-t-il un écrivain qui a réussi après 16 ans de rejet ? Il y en a probablement un, mais je pense que vous devriez avoir une grande dose de confiance en soi après 16 ans. Je suis sûre que j’écrirais encore, mais j’aurais peut-être arrêté d’envoyer mes manuscrits. Et qu’est-ce que je ferais ? J’enseignerais. C’est ce que je faisais. (la foule applaudit).

Soledad O’Brien : Je veux tous vous remercier pour vos questions, et évidemment merci à chacun d’entre vous d’avoir participé à cette incroyable soirée. Merci (la foule applaudit et crie).

Stephen King : De la part de mes collègues, je veux vous dire que c’était une nuit magique pour nous, d’être capable de remplir le Radio City Music Hall au profit de deux merveilleuses œuvres de charité. Pas avec des guitares mais avec des lecteurs de livres (la foule crie et applaudit). Merci à tous les présentateurs, merci à John Irving, et merci à Jo Rowling (la foule applaudit bruyamment).


Interview traduite par Phénix, Babushka, Pégase et Jessica.
Version originale disponible sur le site d' Accio Quote.

 

© 2006-2007 - Le repaire de Rowling - Version 1.0. Tous droits réservés. Le site n'est pas officiel et n'a aucun but commercial. Harry Potter est une marque déposée de la Warner Bros™, © 2000. Le contenu de ce site est protégé par le droit de la propriété intellectuelle.
TOUTE REPRODUCTION DU CONTENU DU SITE SANS LA PERMISSION FORMELLE DES WEBMASTERS EST STRICTEMENT INTERDITE